Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Djibanar : le PRECOGEL suscite l'enthousiasme des populations

L’implication des acteurs dans le Projet de renforcement de capacités des comités de gestion locaux de paix (PRECOGEL) reste une préoccupation centrale pour Afrique Enjeux et Kabonkétoor. Les comités de gestion ont contribué à la prévention et au règlement de nombreux conflits dans la zone.

 

 

Après le lancement du projet le 25 juin dernier, les deux organisations viennent d’initier une série de journées de partage à l’intention desdits comités dans les cinq communautés rurales d’intervention du projet.

Le PRECOGEL est financé par l’Union européenne, dans le cadre de la composante acteurs non étatiques du Programme d’appui au Programme national de bonne gouvernance, selon ‘’Afrique Enjeux’', ‘’l’organisation tête de file du consortium qui a monté’’ le projet, en partenariat avec l’association Kabonkétoor

Après Niaguis il y a une dizaine de jours, les acteurs des comités de gestion de paix de la communauté rurale de Djibanar se sont retrouvés samedi dans les locaux dudit Conseil rural. Une rencontre qui sera suivie d’autres journées de partage, qui seront organisées à Boutoupa Camaracounda, Adéane et Nyassia.

A Djibanar, dans le département de Sédhiou, l’occasion a été donnée à Afrique Enjeux et à son partenaire, Kabonkétoor, de présenter le PRECOGEL aux nombreux participants venus des différentes localités de la communauté rurale.

Une séance qui a été suivie avec beaucoup d’intérêt par les différents membres des comités de gestion de paix qui ont massivement fait le déplacement. Ces derniers ont ainsi pu exprimer leurs préoccupations et faire des suggestions pertinentes, montrant ainsi la très forte adhésion des populations locales au projet.

‘’Ce que nous recherchons à travers cette rencontre, c’est d’impliquer, de façon participative, les populations, dans le projet, parce qu’il s’agit d’un projet de transfert de compétence’’, a expliqué Jules Bassène, animateur et chargé de projet à Afrique Enjeux.

Pour M. Bassène, ‘’si on ne procède pas de cette manière, les populations ne pourront pas comprendre les tenants et les aboutissants du projet, même si elles sont à l’origine de l’élaboration de ce projet à travers le conseil rural’’.

Afrique Enjeux et le Kabonketoor ont ratissé large en impliquant le maximum de comités de gestion. Selon Jules Bassène, au-delà des comités de gestion mis en place par Afrique Enjeux, ‘’tous les cadres de concertation (…) mis en place dans les différentes localités d’intervention du projet par les autres acteurs au développement’’ ont été impliqués.

Le PRECOGEL ‘’vise le renforcement de capacités organisationnelles des membres des comités locaux pour l’atteinte des objectifs de la décentralisation en vue de la consolidation du processus de paix en Casamance, la relance des activités socio-économiques et la bonne gestion des affaires publiques dans les différentes localités d’intervention du projet’’, a-t-il rappelé.

‘’Le choix des comités de gestion de paix est lié au fait qu’avant leur mise en place, nous avons procédé, en collaboration avec les collectivités, à l’identification des leaders communautaires. Et nous pensons qu’en renforçant les capacités des membres des comités de gestion de paix, qui sont issus de la base, ils pourront démultiplier le projet au niveau des communautés de base’’, a-t-il souligné.

ASG/ADC